Coups de coeur : Le Petit Ballon, Tricount, Cinémur

Sur Internet, on aime bien clasher, critiquer et détester. Mais aussi, aimer, adorer et s’emporter. Dans tous les cas, la passion est de la partie et le juste-milieu n’a pas sa place.

Aujourd’hui, parlons d’amour pour ces services, ces startups, ces applications. Des coups de coeur parfois inexpliqués, sans même avoir consommé.

le-petit-ballon-logo

Le Petit Ballon : encore au stade de fantasme

La mode des box est en route, on le sait. Mais Le Petit Ballon me tend les bras et me susurre des mots doux dans l’oreille. Craquer n’est plus qu’une question de mois (ou de semaines).

De quoi s’agit-il ?

« Le Petit Ballon est une entreprise très conviviale, née entre le Rhône et le Gers début 2011. L’idée est de proposer à nos amis et aux amis de nos amis… une nouvelle façon de découvrir, de déguster et d’acheter du bon vin ! »

Visitez le site du Petit Ballon (Pour ceux qui voudraient 5€ offert, voici mon lien de parrainage)

Lire la suite

Metro parisien, l’exception qui ne devrait pas en être une

Assis dans un carré du métro, une femme, quadragénaire, attends gentillement qu’une place se libère.

L’homme en face de moi lui propose avec sympathie :

« vous voulez vous assoir madame ? »

Elle lui répond :

« oh, c’est gentil mais je ne suis pas handicapée, pas malade, ni trop âgée. J’ai fait ma journée comme vous donc je vais attendre qu’une place se libère. Mais merci ! »

Crédit Photo

Oui, je suis dans le métro. Oui, je suis à Paris (et parfois j’ai envie de quitter paris). C’était tellement beau qu’il fallait que je vous raconte cette fabuleuse anecdote.

Billet d’humeur : Capitaine Train, Rue89 et Orange

Capitaine Train, vous connaissez ?

Mojitos maisonLe week-end dernier, c’était un week-end de trois jours pour les plus chanceux. Et je suis chanceux. J’en ai profité pour rentrer me ressourcer au pays. Oui, vous savez « quitter paris pour province« . D’ailleurs, les prix de TGV sont toujours aussi élevés. Dans la précipitation, j’ai fait une infidélité à Capitaine Train qui m’avait complètement satisfait lors de ma première expérience.

Tiens, Capitaine Train si tu passes par là, c’est quoi ton business model ? Ne pourrais-tu pas nous offrir des réductions en plus de ton service ergonomique et rapide ?

Rue89 sur iPad a réussi son objectif de sérendipité

Application iPad Rue89Bref, incompressible, la durée de mon voyage est d’environ 3h (en moyenne). Il faut donc s’occuper. Certaines dorment, lisent, écoutent de la musique, regardent des films, tentent de calmer leurs gamins surexcités… Ayant récemment investi dans un iPad, j’ai testé l’appli de Rue89 qui est en réalité un petit journal souhaitant nous faire « céder aux délices de la sérendipité ». C’est réussi, je me suis régalé !

Au délà de cette appli extrêmement bien conçue et intuitive, c’est Rue89 qui me fait plaisir au quotidien. Ils ont un don pour traiter de l’information sous un angle et un ton qui sort de la presse traditi. Ils sont surprenants et semblent avoir le goût de l’innovation (en tout cas, d’aller de l’avant).

Ces nouveaux mutants du journalisme (bien que novice en la matière) me séduisent, au même titre que OWNI (quand j’ai le temps et la patience d’aller jusqu’au bout de leurs articles).

Orange et son SAV sur les réseaux sociaux

Il y quelques temps déjà (quelques mois ?), je voulais vous parler d’Orange. Ils ont délocalisé leur SAV sur Twitter et Facebook. Un peu frileux, j’avais tenté d’aborder le compte Twitter pour un problème de wifi. Je voulais voir ce que tout ça valait.

Mauvais apriori. On m’a répondu dans l’heure qui a suivi. Après plusieurs échanges, j’ai pu bénéficier d’un vrai accompagnement. Première expérience positive, bravo Orange.

Et dans le genre « appli iPhone qui change ma vie », je ne me lasserai pas de vous dire que celle de la Caisse d’Epargne satisfait toutes mes envies de suivi de compte bancaire. Bon week-end !

C’était les dernières.

Quand tu entres à HETIC en troisième année (H3 pour les intimes), tu tires un trait bien épais sur les vacances d’été traditionnelles. Anciennement rythmées par la glandouille ou un job saisonnier pour les plus courageux, elles deviennent alors une période de stage.

Un mac et le beau temps Restaurant ensoleillé

Ces quelques clichés d’un Sud ensoleillé sont les traces d’un deuil, celui de mes dernières vacances scolaires. Tous les quatrième année (H4 les intimes) doivent s’y résoudre. La transition aura été douce, passant par la perte des « grandes vacances d’été » puis le passage à l’alternance à la rentrée d’octobre 2011.

Des fraises et du soleil

En attendant le démarrage du stage chez Frenchweb, la vie à HETIC continue. Les dernières vacances, elles, sont bien loin derrière.